management a distance

Comment manager ses équipes en télétravail ?

Le télétravail oblige le collaborateur à s’isoler dans sa bulle. Il est peut-être plus concentré et avance plus vite sur certaines missions. Mais le manager a l’impression de perdre le contrôle. Avec des points quotidiens et de l’écoute active, le manager peut arriver à faire face à cette nouvelle organisation.

Avec le recul que l’on commence à avoir, la productivité ne baisse pas forcément avec le télétravail. Place également à de nouveaux outils essentiels.

Prévenir de nouveaux risques professionnels

Le manager est celui qui peut le mieux détecter les risques de démobilisation du salarié de son équipe. Il doit vérifier la qualité des rendus et s’interroger sur la capacité de son équipe à faire face aux risques professionnels inhérents à ce nouveau mode organisationnel. Une situation de crise à distance est plus difficile à gérer. L’énervement monte plus vite, au sein de l’équipe comme chez le client, à distance. On a déjà parlé de la relation de confiance à distance dans un précédent article.

Veiller aux pauses de chaque collaborateur et créer des moments conviviaux

Le manager ne doit pas oublier qu’en évitant les déplacements et les rassemblements de son équipe, il rend la vie plus agréable. Mais certains membres de l’équipe peuvent mélanger vie privée et vie professionnelle, en travaillant trop ou pas assez. Chaque manager veillera à cet équilibre en accordant des pauses à chacun et en organisant des moments festifs pour resserrer les liens distendus.

Retrouver la même ergonomie qu’au bureau

On l’oublie trop souvent, mais le cadre manager ne doit pas oublier qu’à la maison son collaborateur voit diluer ses interactions sociales, vit l’isolement, ressent du stress lié à l’hyper-connexion, et peut même souffrir de troubles musculosquelettiques (TMS). Tout le monde ne dispose pas d’un fauteuil de boulot confortable. Le manager doit aussi y veiller. Si on parle de sécurisation de données, on ne parle pas assez de sécurisation ergonomique du salarié éloigné.

Poser les bonnes questions aux collaborateurs

Souvent le manager doit rappeler au collaborateur de prendre le temps de manger, bien manger, de prendre des pauses pour éviter la posture assise prolongée. Il veillera à la bonne installation du collaborateur avec un poste de travail confortable. Il est parfois conseiller de dire à l’agent ou à l’employé d’aller travailler à l’hôtel, dans un bureau type airbnb ou un espace de coworking près de chez lui. La luminosité et la sonorisation sont importantes. Certains collaborateurs sont dans le noir lors des réunions Zoom, d’autres ont trop de lumière, avec le soleil, et ne voient même plus leur écran.

Une très bonne solution pour partager ses points est d’utiliser des « cartes ». Cela permet d’avoir un management visuel et facilite l’intégration par les personnes. La bonne gestion en sera faciliter et cela augmentera la productivité de l’équipe.

Utiliser les logiciels partagés de gestion de projet

C’est le bon moment pour revoir les outils de travail. Certains collaborateurs vont avoir du mal à se concentrer et vont perdre le sens des priorités avec la multiplication des tâches virtuelles. Le manager va donc adapter les contraintes de délégation et de planification en faisant plus de sur-mesure avec chaque collaborateur. L’essentiel étant de communiquer, se réunir, lancer des actions, partager des documents et y apporter des corrections en toute sérénité. L’automatisation qui fait gagner du temps aux parties prenantes passe également par des temps de formation.

Le profil du manager va changer ! Il sera plus « psy »

Le manager idéal sera celui qui, en même temps, sera capable d’emmener son équipe d’un point A à un point B, en anticipant les nouveaux risques physiques de ses collaborateurs. Ces risques sont de deux ordres : freins ergonomiques notamment, en matière de gestes et postures à la maison, et freins psychosociaux, liés eux à l’éloignement du bureau et des collègues. Le manager qui réussit aura pensé à la conduite de projets de transformation, à l’expérience collaborateur en distanciel, à la communication digitale, au développement des managers à distance, à un plan de mobilisation des salariés en distanciel et, enfin, à la qualité de vie professionnelle à la maison.

About the author